Le guide sur les droits du locataire concernant les travaux !

Vous ou votre locataire souhaitez faire des travaux dans votre appartement ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur les droits de votre locataire à ce sujet et que faire en cas de conflit.

Mise à jour le 13 Octobre 2022
Le guide sur les droits du locataire concernant les travaux !

Les droits de mon locataire concernant des travaux

Pendant un bail de location, il est possible que vous décidiez de procéder à des travaux. Cependant, votre locataire possède des droits à ce sujet. Prenez en conscience pour éviter des conflits !

Qui doit faire les travaux dans une location ?

En tant que propriétaire, vous devez proposer un bien en bon état et prêt à accueillir un locataire.

Votre locataire est responsable des travaux d’entretien et de petites réparations. Tout le reste est à votre charge, c'est-à-dire :

  • les travaux d’amélioration dans les parties communes du même immeuble
  • les travaux nécessaires au maintien en l’état et à l’entretien normal du logement
  • les travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement
  • les travaux permettant de remplir les critères d’un logement décent
  • l’entretien des toitures et façades végétalisées

Et si vous vous posez la question “mon locataire peut-il exiger des travaux ?”, la réponse est oui. Vous vous devez de répondre à sa demande si les travaux concerne la liste ci-dessus. Si vous refusez, votre locataire peut faire jouer ses droits du locataire.

Propriétaire : les droits de mon locataire en cas de travaux à ma demande

Dans le cas où vous exigez des travaux, votre locataire possède certains droits.
Comme vu précédemment, vous avez droit d’exiger des travaux d’amélioration. Dans ce cas-là, votre locataire ne peut pas s’opposer aux travaux et donc à votre entrée dans l’appartement.

Cependant, le droit du locataire en cas de travaux du propriétaire stipule qu’il peut vous porter en justice si vous rentrez dans l’appartement sans le prévenir. Il en va de même pour l’entrée d’artisans. Vous vous devez de prévenir votre locataire de votre visite ou de celle d’ouvriers. De même, vous ne pouvez pas accéder à son appartement les dimanches et jours fériés.

Réaliser des travaux peut causer des dérangements pour le locataire. Concernant des travaux bruyants, les droits du locataire associés aux bruits des travaux stipulent que vous devez faire en sorte d’arranger au maximum la vie de votre locataire. Pour cela, vous devez respecter des horaires de bricolage mis en place par le Conseil national du bruit. Vous n’avez pas droit de faire de travaux bruyants :

  • entre 20h et 7h du matin du lundi au samedi
  • les dimanches et jours fériés

Pour des travaux de bricolage légers, les horaires autorisés sont les suivants :

  • 8h- 12h / 14h - 19h30 du lundi au vendredi
  • 9h - 12h / 15h - 19h les samedis
  • 10h - 12h les dimanches

En cas de trouble persistant et non respect des horaires de votre part, votre locataire à le droit de contacter le syndicat de copropriété ou bien d’engager une procédure auprès de son assurance.

Enfin, en cas de perturbations pour le locataire (travaux de peintures, bruits etc), il est dans son droit de demander un dédommagement et donc un relogement ou une baisse de loyer, si la durée des travaux est supérieure à 21 jours. Cette baisse de loyer sera proportionnelle aux jours de travaux supplémentaires ou à l’espace rendu inaccessible pendant les travaux. C’est au juge de décider du montant de l’indemnité.

Si vous ne respectez pas les conditions des déroulements des travaux définis en amont, votre locataire peut saisir le tribunal d’instance. Notamment, si les travaux lui portent préjudice ou que le logement devient dangereux.

droit proprietaire travaux

Mon locataire a-t-il le droit de refuser des travaux ?

Votre locataire ne peut pas s’opposer aux travaux d’amélioration. Mais alors que faire en cas de refus de sa part ?

Dans un premier temps, vous pouvez mettre en demeure votre locataire de permettre l’accès au bien pour la réalisation des travaux. Pour cela, vous devez envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception. Votre locataire se doit de se rendre disponible pour vous donner l’accès au logement. S’il ne peut être là, un proche peut le remplacer.


Si votre locataire répond négativement à votre courrier ou bien ne donne pas de réponse, vous devez mettre en place une procédure judiciaire de référé. Cette procédure vous permet d’obtenir l’autorisation du juge pour pénétrer dans le logement afin d’y réaliser des travaux urgents. Elle doit être mise en place devant le tribunal d’instance.

Sachez que l’accompagnement d’un avocat n’est pas obligatoire. Vous pouvez donc rédiger seul l’assignation. Cependant, nous vous conseillons de vous adresser à un professionnel (huissier par exemple) pour rédiger cet acte argumenté.

marketplace

Faites appel à un professionnel pour vos litiges !

Profitez d'une assistance juridique pour vous aider à gérer les litiges avec vos locataires.

Hadia
Hadia
Customer Success Manager

Vous êtes au bon endroit pour investir dans l'immobilier 🏡

marketplace investissement locatif
Tout pour l'investissement locatif

Déco, ameublement, diagnostic immobilier, formation, coaching, assistance juridique… et bien +

Découvrir la Marketplace
Vendre son bine immo
Vendez votre bien immo en un éclair !

Vendez votre bien immobilier à un investisseur de la communauté Horiz.io

Vendre un bien immobilier
gestion locative en ligne
Gérez vos biens immo comme un pro

Bail, quittance, régularisation de charges… Simplifiez-vous la vie avec nos outils.

La gestion locative en ligne

Articles similaires

Investir dans l’immobilier avec le dispositif Censi Bouvard

Investir dans l’immobilier avec le dispositif Censi Bouvard

Afin de favoriser l’investissement immobilier pour certains types de logement, le gouvernement met à disposition des contribuables plusieurs dispositifs de défiscalisation. Parmi lesquels, la loi Censi-Bouvard. Alors de quoi s’agit-il ? Comment être éligible ? Quels sont les avantages fiscaux ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. 

02 Décembre 2022
Loi Scellier 2021

Loi Scellier 2021 : explication

Ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver au milieu de toutes ces lois. Faisons un point sur la loi Scellier en 2021 : définition et explication, on vous présente tout !

02 Décembre 2022
Augmenter son loyer suite à des travaux

Augmenter son loyer suite à des travaux : les modalités

Découvrez toutes les modalités autour de l’augmentation des loyers après des travaux. Prenez conscience des réglementations, des limites et des possibles divergences avec votre locataire.

02 Décembre 2022
Le diagnostic gaz et électricité

Le diagnostic gaz et électricité : obligatoire pour louer

Depuis 1er janvier 2018, les propriétaires bailleurs doivent effectuer un diagnostic concernant les installations de gaz et d'électricité qu'ils devront par la suite fournir à leurs locataires si les installations concernées ont plus de 15 ans.

02 Décembre 2022
Les différents points à retenir sur la location saisonnière

Les différents points à retenir sur la location saisonnière

La location meublée saisonnière est intéressante pour les propriétaires bailleurs. Seulement, avec une réglementation changeante et qui se complique, quelques points seront bons à rappeler.

02 Décembre 2022
régime Borloo : avantages, zones, plafonds

Qu'est-ce que le régime Borloo : avantages, zones, plafonds

Le régime "Borloo ancien" a été mis en place afin d'accorder aux propriétaires bailleurs des avantages fiscaux en contrepartie d'un engagement de louer le logement vide, à usage de résidence principale, pendant une durée minimale, tout en respectant des plafonds de loyers et de ressources des locataires.

02 Décembre 2022
Le choix du régime fiscal

Le choix du régime fiscal dans un investissement locatif

Le choix du régime fiscal est primordial afin d'optimiser votre investissement fiscal. La france est probablement l'un des pays qui propose le système fiscal immobilier le plus complexe et le plus varié.

02 Décembre 2022
Définition du régime micro-foncier

Définition du régime micro-foncier : pour qui ? pourquoi ?

Dans le cas où vos revenus fonciers annuels sont inférieurs à 15 000€, vous bénéficiez de plein droit du régime micro-foncier.

02 Décembre 2022