Qu'est-ce que le régime LMP (Loueur Meublé Professionnel) ?

Lorsqu'en tant qu'investisseur vous mettez en location un logement meublé, vous êtes considéré par l'administration fiscale comme un "loueur en meublé". Le statut de loueur en meublé se résume à un choix entre deux régimes fiscaux : le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) et le statut de loueur meublé professionnel (LMP). Seul le statut LMP (au régime réel) est abordé dans cet article.

Mise à jour le 19 Septembre 2022
Le régime LMP (Loueur Meublé Professionnel) ?

Conditions de la qualité de loueur professionnel

La qualité de loueur professionnel est reconnue aux personnes qui remplissent les 2 conditions suivantes :

  1. Les recettes annuelles tirées de cette activité par l'ensemble des membres du foyer fiscal sont supérieures à 23 000€
  2. Ces recettes excèdent les revenus professionnels du foyer fiscal soumis à l'impôt sur le revenu

Le loueur non professionnel est, par opposition, celui qui ne respecte pas l'une de ces 2 conditions.

Pour mieux comprendre les conditions d’accessibilité au statut de loueur en meublé professionnel, il convient de revenir sur deux notions importantes. 

Recettes annuelles

On entend par recettes annuelles pour la détermination de la limite de 23 000€, le total des loyers courus, charges comprises, augmenté le cas échéant des indemnités d'assurance perçues en cas de défaillance du locataire.

Revenus professionnels du foyer fiscal

Les revenus professionnels à prendre en compte pour déterminer si les recettes sont inférieures comprennent les traitements et salaires, pensions et rentes viagères ainsi que les bénéfices industriels et commerciaux autres que ceux tirés de la location meublée.

Définition de la location meublée

Les critères des locations meublées

Il n'existe pas de loi définissant la location meublée. Toutefois la jurisprudence en a donné les critères suivants :

  • Le bail doit clairement indiquer le caractère "meublé" par un intitulé "Contrat de location meublée à usage d'habitation".
  • Le bail doit clairement faire état de certaines clauses spécifiques mettant les meubles et équipements à la charge du locataire.
  • Les meubles et équipements fournis doivent permettre au locataire une occupation normale conforme aux exigences de la vie quotidienne. Depuis le 31 juillet 2015, la liste est fixée par Décret.
  • Il est préférable de dresser la liste détaillée des meubles et équipements fournis dans le logement à la location et de l'annexer au bail.

Biens concernés

Pour obtenir le statut de loueur meublé professionnel, l’investisseur peut acquérir plusieurs types de logements (à condition de respecter les critères susmentionnés) :

  • Location saisonnière d'un appartement ou d'une maison
  • Location d'une chambre, d'un appartement ou d'une maison meublée
  • Location d'une partie de la résidence principale d'un propriétaire
  • Location d'un bien dans une résidence de services ou de tourisme (confié par bail commercial à un exploitant)

Fiscalité du régime loueur meublé professionnel 

Les recettes sont imposées dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Le formulaire à remplir est le n°2042C (déclaration de revenus complémentaires) et déclaration de résultat n°2031 (CERFA 11085) et ses annexes 2033 (CERFA 10956).

Mais surtout, le loueur meublé professionnel bénéficie de plusieurs avantages fiscaux. 

Déficits

Les déficits constatés par les loueurs meublés professionnels sont imputables sur le revenu global sans limitation (pas de limite de 10 700€ comme pour le régime foncier commun), sous réserve que ces déficits ne proviennent pas d'amortissements exclus des charges déductibles.

Si le revenu global de l'année ne permet pas l'imputation du déficit, celui-ci est reporté successivement sur le revenu global des années suivantes, jusqu'à la 6ème année incluse (CGI art. 156, I-1° ter.).

Amortissement

Le loueur meublé professionnel peut dans le cadre de ce régime amortir les dépenses engagées en suivant des normes comptables (normes IFRS internationales). Les points qui suivent sont donnés à titre indicatif afin de permettre de simuler la rentabilité, mais ils ne sauraient se substituer à l'expertise d'un comptable.

Dans tous les cas, il vous est fortement recommandé de prendre un comptable pour effectuer les calculs d'amortissement.

  • L'amortissement déductible ne peut pas excéder le montant des loyers diminués des autres charges. Ce sont donc les charges qui peuvent ensuite créer ou non un déficit. L'amortissement peut uniquement être utilisé pour ramener le résultat de la location à 0.
  • L'administration fiscale admet que la fraction de l'amortissement restant peut être reportée pour être déduite les années suivantes sans limite de temps mais toujours uniquement pour annuler le résultat de la location.
  • Les investissements ne peuvent être amortis que sur la durée normale d'utilisation de façon linéaire.
  • Le terrain ne peut pas être amorti, il faut donc le déduire de l'investissement avant de calculer l'amortissement.
  • L'investissement doit être décomposé pour y appliquer des durées d'amortissement différentes en fonction des éléments le composant (voir document fiscal du 30 décembre 2005 n°4 A-13-05) et les fourchettes données plus bas.
  • La durée moyenne d'amortissement peut varier de 22 ans (pour les durées les plus courtes) à 40 ans (pour les durées les plus longues).

Les fourchettes de durée d'amortissement sont les suivantes :

  • Gros œuvre : plus de 50 ans soit environ 2% par an.
  • Façades, étanchéité : de 20 à 25 ans soit de 5 à 2% par an.
  • Équipements (IGT) : de 15 à 30 ans soit de 6.67 à 3.33% par an.
  • Agencements : de 5 à 15 ans doit de 20 à 6.67% par an.
  • L'administration fiscale considère que pour les biens immobiliers le gros œuvre représente de 40 à 50% de la valeur de l'immeuble, les façades et l'étanchéité de 5 à 20%, les équipements de 20 à 30% et les agencements de 20 à 25%.

Plus-values

Les plus-values réalisées par un loueur meublé professionnel lors de la revente de son bien immobilier relèvent du régime des plus-values professionnelles.

La plus-value est totalement exonérée, à condition que l'activité soit exercée depuis au moins 5 ans, lorsque que les recettes tirées de la location n'excèdent pas le seuil de 90 000€ HT et bénéficie d'une exonération partielle si les recettes sont comprises entre 90 000€ HT et 126 000€ HT.

Si l'une des conditions n'est pas satisfaite, elles sont soumises au régime des plus-values professionnelles.

Le délai de 5 ans prend en compte le début d'activité à la signature du premier bail.

Le calcul des recettes tirées de la location est effectué en faisant la moyenne annuelle sur les deux dernières années.

Essentiel à retenir sur le régime LMP

Les points importants à retenir pour le régime loueur meublé professionnel :

  • Ce statut concerne les contribuables enregistrés au registre du commerce et des sociétés (RCS) dont les recettes annuelles sont supérieures à 23 000€ et dont les recettes excèdent les revenus professionnels de leur foyer fiscal.
  • Les frais de notaires sont déduits la 1ère année
  • Les meubles et les frais d'agence sont amortis sur 6 ans
  • Le prix du bien moins 10% pour le prix du terrain est amorti sur 30 ans
  • Les travaux sont amortis sur 6 ans si supérieurs à 500€ sinon ils sont déduits en charge la 1ère année 

Textes de Loi

  • Article 58 de la loi 65-997 du 29 novembre 1965
  • Article 58-I de la loi 65-997 du 29 novembre 1965: dispense de la taxe professionnelle les propriétaires qui louent des locaux faisant partie de leur habitation et classés meublés de tourisme.
  • Références au Code général des impôts: articles 260 D et 261 D 4°, article 46 AGA de l'annexe III du CGI
  • Article 129 de la loi du 29 juillet 1998, codifiée aux articles L.632-1, L.632-2 et L.632-3 du Code de la construction et de l'habitation: codification des règles entre les propriétaires disposant de locaux meublés et leurs locataires.
  • Instruction fiscale du 30 décembre 2005, n°4 A-13-05: ce document détaille les recommandations fiscales et comptables pour le calcul de l'amortissement.
  • Code général des impôts Article 156, I-1° ter.: article détaillant le sort des déficits.
  • Décret n° 2015-981 du 31 juillet 2015 fixant la liste des éléments de mobilier d'un logement meublé.
calcul rendement locatif

Découvrir le régime LMP

Grâce à notre simulateur de rendement locatif, comparez et analysez les différents régimes d'investissement locatif.

Marie
Marie
Customer Success Manager

Vous êtes au bon endroit pour investir dans l'immobilier 🏡

marketplace investissement locatif
Tout pour l'investissement locatif

Déco, ameublement, diagnostic immobilier, formation, coaching, assistance juridique… et bien +

Découvrir la Marketplace
Vendre son bine immo
Vendez votre bien immo en un éclair !

Vendez votre bien immobilier à un investisseur de la communauté Horiz.io

Vendre un bien immobilier
alertes immo rentables
Alertes immo en temps réel

Trouvez la bonne affaire : soyez alerté des annonces immo rentables !

Télécharger l'application gratuite

Articles similaires

contrat location meublée

Contrat de location meublée en 2023 : le guide détaillé !

Le contrat de location meublé lie juridiquement le bailleur et son locataire pour un logement meublé. Ce document contient de nombreuses clauses que chacun s’engage à respecter. Nous vous expliquons dans ce guide tout ce qu’il faut savoir sur le contrat de location meublé en 2023.

19 Janvier 2023
Sous-location : risques, cadre légal et astuces

La sous-location : risques, cadre légal et astuces

Si un locataire est libre de faire ce qu’il veut et de recevoir qui il veut dans son logement, il ne peut pas tout le temps sous-louer son appartement, c’est-à-dire partager le loyer avec d’autres occupants ou lui faire payer l’intégralité pendant son absence. Nous parlerons de la sous-location classique dans un premier temps puis de la sous-location professionnelle.

10 Janvier 2023
loi scellier 2011 explication

Loi Scellier 2011 : on vous explique tout

La loi Scellier est un dispositif fiscal qui permet aux futurs propriétaires d’acheter des biens immobiliers dans le neuf, dans le but de les mettre en location. Qu’en est-il de cette loi et comment gérer ses investissements locatifs avec celle-ci ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

04 Janvier 2023
loi monuments historiques

Loi Monuments Historiques : définition, objectifs et autorisations !

La loi Monuments Historiques est l’un des dispositifs de défiscalisation les plus anciens. Créée en 1913, elle offre une réduction fiscale avantageuse aux investisseurs achetant des logements anciens et historiques. Quelle est-elle exactement ? Découvrons-le plus en détails dans cet article.

02 Janvier 2023
Loi Elan : le bail mobilité

Qu’est-ce que la loi Elan : le bail mobilité, ses avantages

Le 19 septembre 2018, le projet de loi Elan a fait l’objet d’un accord en commission mixte paritaire. Le projet de loi vise à atteindre trois objectifs généraux qui sont la libéralisation de la construction, l’amélioration du cadre de vie et la protection des plus fragiles. En effet, ce projet de loi est élaboré en prenant en compte les évolutions de la société et des modes de vie de chacun, mais aussi les inégalités territoriales et les nouveaux besoins des habitants. Ainsi, le texte abrite de nouvelles mesures pour « construire plus, mieux et moins cher ». Également appelée loi logement de 2018, la loi Elan engendrera de nombreuses réformes quant au droit immobilier. 

12 Octobre 2022
article 15 de la loi du 6 juillet 1989

L'article 15 de la loi du 6 juillet 1989 : résilier le bail ou donner congé à son locataire

La loi du 6 juillet 1989 vise à réguler et encadrer les relations entre propriétaire et locataire. L'article 15 de cette loi vise à définir les conditions permettant la résiliation d'un bail.

22 Septembre 2022
Holding immobilier

Holding immobilier : quel est l’intérêt d’en avoir une ?

Comme tout investisseur et que cela soit pour les marchés financiers ou le secteur immobilier, vous désirez sûrement trouver le parfait montage financier afin de payer moins d’impôts. Nous avons souvent parlé des Sociétés Civiles Immobilières (SCI) qui facilitent la succession et optimisent vos rendements dans la pierre à plusieurs, mais il existe une forme plus complexe destinée cette fois à regrouper un patrimoine constitué de logements. Découvrez la holding en immobilier et quels sont les avantages à en créer une dans le cadre de vos investissements. 

23 Janvier 2023
loi-girardin

Loi Girardin : et si les impôts pouvaient rapporter gros ?

Bon nombre d’investisseurs immobiliers recherchent des solutions pour investir sur un marché porteur, dans le but de dynamiser leur portefeuille, mais également de le diversifier. Entre la loi Pinel, le dispositif Denormandie ou encore les programmes Malraux et Monuments historiques, l’État français a mis beaucoup d’actions en place pour permettre aux contribuables de défiscaliser à travers l’immobilier et ainsi de disposer d’un ensemble d’actifs aussi différents que complémentaires. Par ailleurs, il existe une loi qui n’est pas fréquemment citée, mais qui pourtant possède ses avantages pour votre épargne active : le dispositif Girardin. En réalité, il y en a deux : la loi Girardin immobilier et le Girardin industriel. Zoom sur ces programmes de défiscalisation outre-Atlantique !

09 Janvier 2023