La fiscalité pour la location Airbnb : le guide 2024

Si la location Airbnb rencontre de plus en plus de succès auprès des propriétaires, c’est pour la rentabilité locative qu’elle engendre. Mais en contrepartie, il faut bien payer des impôts sur les loyers perçus. Alors quelle est la fiscalité de la location Airbnb ? Découvrez les réponses à travers ce guide complet.

Location saisonnièreLmnp
Mise à jour le 16 Février 2024
fiscalité airbnb 2024
investissement locatif accompagné

À la recherche de la location saisonnière rentable ?

Précisez votre projet d'investissement et profitez d'un accompagnement sur-mesure pour trouver le bien rentable !

Une obligation de déclarer ses revenus locatifs 

Que vous mettiez un logement entier sur Airbnb ou seulement une chambre, vous êtes tenu de déclarer l’ensemble de vos recettes locatives. Et ce, dès le premier euro !

Il existe toutefois une exception : la location d’une chambre au sein de votre résidence principale, dès lors que les loyers perçus n’excèdent pas 760 €. Dans ce cas, vous n’avez rien à déclarer.

Mais cette situation ne concerne qu’une infime partie des locations Airbnb. Pour la majorité des propriétaires, il faut déclarer l’intégralité des revenus locatifs auprès de l’administration fiscale. À défaut, le service des impôts considère que vous êtes en fraude fiscale.

Bon à savoir : depuis 2020, Airbnb et toutes les autres plateformes de location courte durée sont dans l’obligation de transmettre automatiquement l’intégralité de vos recettes au Trésor Public. Vous ne pourrez donc pas échapper à la fiscalité en location Airbnb.

L’imposition en tant que loueur meublé

Si vous louez un bien immobilier sur Airbnb, celui-ci doit impérativement être meublé. L’idée, c’est de permettre aux voyageurs de venir avec simplement leur valise. Ils ne doivent pas se préoccuper de la literie, des ustensiles de cuisine, des tables, des chaises, etc.

Comme il s’agit d’une location meublée, vous avez automatiquement le statut de loueur meublé. Mais selon le montant de vos recettes locatives, vous pouvez être LMP ou LMNP. Alors quelle différence entre les deux ? 

Cela implique plusieurs différences en termes de plus-value, imputation du déficit, prélèvements sociaux et impôt sur la fortune immobilière (IFI). Mais globalement, la fiscalité pour la location Airbnb reste similaire pour ces deux statuts.

La fiscalité de la location Airbnb et le choix entre deux régimes 

En tant que loueur meublé (non) professionnel, vos recettes locatives sont soumises au régime des bénéfices industriels et commerciaux, et non des revenus fonciers. À ce titre, vous avez le choix entre deux régimes fiscaux.

1. Régime micro-BIC

C’est le régime par défaut dès lors que vos recettes locatives n’excèdent pas 77 700 €. Dans ce cas, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 50 % (contre 30 % avec les revenus fonciers pour une location nue). Vous serez donc imposé uniquement sur la moitié des loyers perçus. Les revenus locatifs imposables seront ensuite ajoutés au reste des revenus de votre foyer fiscal. Et le tout sera imposé au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Pour les chambres d’hôtes et les meublés de tourisme classés, il y a toutefois deux différences :  

  • Le seuil d’application : le régime micro-BIC s’applique de plein droit dans la limite de 188 700 €. 
  • L’abattement forfaitaire : il passe de 50 % à 71 %.

Si la fiscalité de la location Airbnb semble intéressante avec le régime micro-BIC, elle ne permet pas de prendre en compte les dépenses réellement engagées. C’est pour cela que les propriétaires d’un logement saisonnier peuvent opter pour le régime réel.

2. Régime réel d’imposition

Le régime réel s’applique dès lors que vos recettes locatives dépassent 77 700 € (ou 176 200 € pour les meublés de tourisme classés ou les chambres d’hôtes). Mais si vous n’atteignez pas ces seuils, il est toujours possible d’opter pour ce régime fiscal lors de votre immatriculation en tant que loueur meublé. 

Alors est-ce intéressant ? La réponse est oui. Et ce, pour deux raisons. 

D’une part, le régime réel vous permet de déduire l’intégralité des charges nécessaires à la mise en location. Par exemple, les frais de conciergerie, les frais d’entretien, les honoraires de l’agence immobilière, les frais d’assurance, les intérêts d’emprunt, la taxe foncière, les frais de comptabilité, etc. 

D’autre part, le régime réel vous permet d’amortir le bien immobilier, les meubles et les travaux de rénovation. Ce faisant, vous pouvez déduire la perte de valeur du bien au fil du temps. 

La combinaison de l’amortissement et des charges déductibles permet de réduire significativement la base imposable (souvent bien plus de 50 %). Et dans certains cas, l’ensemble des charges et amortissements sont supérieurs aux loyers perçus. Ici, vous pourrez même reporter le déficit les années suivantes, dans une limite de 10 ans.

Mais attention, si le régime réel vous permet d’optimiser la fiscalité en location Airbnb, cela nécessite des démarches administratives nettement plus lourdes.

🚨 Info importante au 16/02/24 : un projet de “loi Airbnb” pourrait remettre en cause ces taux d'abattement forfaitaire.

guide-fiscalite-location-saisonniere.webp

Régime réel ou micro-BIC : lequel choisir ?

Pour vous aider à mieux comprendre la différence entre le régime réel ou le régime micro-BIC, voici un exemple concret.

Loyers perçus30 000 € sur l’année
Valeur du bien immobilier250 000 € amortissables sur 25 ans
Valeur des meubles12 000 € amortissables sur 6 ans
Travaux de rénovation20 000 € amortissables sur 10 ans
Frais de conciergerie20 % soit 6 000 €
Intérêts d’emprunt500 € par an
Taxe foncière1 500 € par an
Frais de comptabilité500 € par an

Avec le régime micro-BIC, le calcul est simple, puisqu’il suffit de déduire 50 % des loyers perçus sur l’année.

Soit : 30 000€ * 0,5 = 15 000 €. Les recettes locatives sont imposables à hauteur de 15 000 €.

Il faudra alors ajouter cette somme au reste des revenus du foyer fiscal. Ce qui peut parfois provoquer un changement de taux d’imposition. 

Avec le régime réel, il convient de calculer les charges déductibles et l’amortissement. 

Pour la déduction des charges : 6 000 + 500 +1 500 + 500 = 8 500 €

Pour l’amortissement : (250 000 / 25) + (12 000 / 6) + (20 000 / 10) = 14 000 €

Ensuite, le calcul de la base imposable est de : 30 000 - 8 500 - 14 000 = 7 500 € 

Ici, les recettes locatives sont imposées à hauteur de 7 500 €, soit moitié moins qu’avec le régime micro-BIC.

Les autres taxes à payer pour la location saisonnière

La fiscalité de la location Airbnb ne s’arrête pas seulement au paiement de l’impôt sur le revenu. En plus, vous devez également payer : 

  • La CFE : il s’agit de la cotisation foncière des entreprises qui est due par tous les propriétaires d’une location Airbnb (sauf quelques exceptions). 
  • La taxe foncière : elle est due par tous les propriétaires d’un bien immobilier. Son montant dépend du taux d’imposition défini par les collectivités territoriales et de la valeur cadastrale du bien. 
  • La TVA : le Code Général des Impôts exonère les locations Airbnb du paiement de la taxe sur la valeur ajoutée. Cela dit, les propriétaires proposant des prestations para-hotelières sont redevables de la TVA. Il s’agit d’au moins trois des prestations suivantes : le nettoyage régulier des locaux, le service de petit-déjeuner, la blanchisserie, l'accueil des locataires. 
  • Les prélèvements sociaux : ils ne concernent que les loueurs en meublé professionnels.

La déclaration fiscale pour la location Airbnb 

Pour respecter vos obligations légales en termes de fiscalité des locations Airbnb, vous devez déclarer vos revenus locatifs. 

Les modalités dépendent du régime fiscal choisi : 

  • Vous êtes sous le régime micro-BIC : il faudra remplir le formulaire 2042-C-Pro. Ici, il suffit d’indiquer le montant total des loyers perçus. 
  • Vous êtes sous le régime réel d’imposition : les démarches sont plus complexes puisque vous devez envoyer une liasse fiscale complète au service des impôts. Celle-ci contient plusieurs formulaires pour la déclaration de résultat, le bilan simplifié des actifs et du passif, les immobilisations, les amortissements, etc. Dans ce cadre, il est préférable de faire appel à un expert-comptable.

Dans les deux cas, la déclaration des recettes locatives s’effectue au même moment que la déclaration d’impôt sur le revenu.

investissement locatif accompagné

À la recherche de la location saisonnière rentable ?

Précisez votre projet d'investissement et profitez d'un accompagnement sur-mesure pour trouver le bien rentable !

Marie
Marie
Customer Success Manager

Annonces exclusives Horiz.io

Voir toutes les annonces »

Vous êtes au bon endroit pour investir dans l'immobilier 🏡

Avantages à prix imbattables
Des avantages à prix imbattables

PNO, GLI, MRH, Expert comptable, retrouvez nos avantages négociés pour booster votre rentabilité

Découvrir les offres
appels experts
Appelez un expert immobilier

Besoin de conseils 100% personnalisés sur votre investissement immobilier, fiscalité, gestion comptable, ou encore vos travaux, etc… ? Passez un coup de fil rapide à nos experts !

Réserver un appel expert
gestion locative en ligne
Gérez vos biens immo avec notre logiciel

Bail, quittance, régularisation de charges… Simplifiez-vous la vie avec nos outils accessibles en ligne.

La gestion locative en ligne

Articles similaires

impôts locatif

Calcul des impôts pour la location meublée : comment ça se passe ?

Vous louez ou souhaitez mettre un bien en location meublée, et vous voulez savoir comment calculer les impôts pour ce type de location ? Les loyers perçus soumis à l'imposition et aux prélèvements sociaux sont une charge importante dont il est important d’avoir connaissance. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’imposition en location meublée, que ce soit à l’année, saisonnière, vacancière ou pour les étudiants. 

03 Janvier 2024
Calculer son impôt sur la plus-value immobilière

Comment calculer son impôt sur la plus-value immobilière ?

Pour calculer sa plus-value imposable, il convient d’abord de regarder s’il s’agit d’une résidence principale, secondaire, etc. et de connaître le régime d’imposition des plus-values avant de céder son bien. En effet, vous pourriez avoir des surprises, même au dernier moment chez le notaire ! Il existe aussi des exonérations ou des abattements. Alors, n’hésitez pas à vous renseigner : on fait le point. 

22 Septembre 2022
Déclaration 2044 : définition et comment bien la remplir

Déclaration 2044 : définition et comment bien la remplir

La déclaration 2044 ou formulaire 2044 vous permet de déclarer vos revenus fonciers perçus, uniquement lorsqu’ils sont soumis au régime réel d’imposition (et non micro foncier), autres que ceux concernés dans la déclaration 2044 spéciale. Compliquée à comprendre et à remplir, elle nécessite de l’attention afin que toutes ses cases soient remplies correctement. Quitte à se creuser la tête, on préfèrerait faire une partie d'échecs !

23 Mai 2023
déclaration location meublée

Comment déclarer une location meublée : imposition et type de location

La location meublée est aujourd’hui connue par un grand nombre d’investisseurs immobiliers. Très intéressante sur le plan fiscal et facile de gestion, elle séduit toujours plus. Comment se passe la déclaration d’un logement en location meublée et quelle est l’imposition sur les revenus ? Découvrez sans plus attendre notre article.

08 Novembre 2022
Impôts revenus fonciers

Impôts revenus fonciers : gros plan sur les dispositifs en place

La fiscalité en immobilier locatif occupe une place prépondérante et peut même à elle seule empêcher un propriétaire bailleur de réaliser le tant attendu cash flow, ou flux de trésorerie positif. C’est pourquoi vous devez vous renseigner en amont sur la stratégie locative que vous souhaitez aborder avec chaque achat immobilier. Dans cet article, nous allons vous parler de l’impôt sur les revenus fonciers et des dispositifs d’État en place qui vous permettent d’être soumis à ce régime fiscal particulier. Que vous achetiez un appartement neuf ou une maison à rénover, vous avez le choix parmi de nombreux programmes immobiliers en location nue. Faisons le point ensemble.

25 Octobre 2022
location meublee LMNP

Imposition location meublée : comment ça fonctionne ?

La fiscalité d’un investissement locatif est un paramètre crucial à prendre en considération lors de l’élaboration de son projet immobilier. En effet, votre rentabilité locative dépend de plusieurs facteurs comme la localisation ou encore le type de bien choisi, mais aussi et surtout, de votre régime fiscal. Les impôts dus sous le régime microfoncier ne sont pas les mêmes que sous le micro-BIC, pareillement avec le régime réel foncier et commercial. Dans cet article, nous allons approfondir le sujet de l’imposition en location meublée. Même si le statut de loueur professionnel existe (LMP), nous nous concentrerons davantage sur celui de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), car il s’agit du plus répandu et du plus avantageux fiscalement.

20 Octobre 2022
imposition revenus fonciers

Revenus fonciers : quelle imposition ?

Vous venez d’investir dans la pierre et vous vous posez des questions concernant vos impôts ? La fiscalité est toujours un sujet de préoccupation majeure pour chaque contribuable venant de réaliser un investissement locatif.

C’est pourquoi nous vous proposons de passer en revue vos obligations en tant que propriétaire bailleur. Entre les dispositifs de défiscalisation, vos frais réels et les différents régimes fiscaux possibles, découvrez les spécificités des revenus fonciers en matière d’imposition.

11 Octobre 2022
Impôt sur les sociétés

Impôt sur les sociétés abaissé à 28% à partir de 2017

À partir de 2017, le taux d'imposition des bénéfices des sociétés est abaissé à 28% progressivement. Il concerne les petites entreprises en 2017 (moins de 75 000€ de bénéfices) et sera étendu à toutes les entreprises en 2020.

11 Octobre 2022